Manisfestations culturelles en 2015

1er RDV, le 24 janvier avec Fred Waller et Lorenzo Tedone qui jouent la pièce «Porte de Montreuil» de Léa Frazer. L’histoire, ce sont deux hommes qui parlent de choses et d’autres s’acharnant à trouver des réponses et à se juger l’un l’autre, un dialogue entre deux farfelus.

Le rideau à peine baissé qu’il se rouvre le 21 février avec un concert en hommage à Luis Mariano interprété par Kévin Amiel, ténor à l’Opéra Garnier. Il remporte un énorme succès aux côtés du pianiste Fabien Prou et de la violoncelliste Camille Calvayrac, qui l’accompagnent.Pour compléter le trio, Romain Daroles, comédien de la Manufacture de Lausanne, est le maître de cérémonie de la soirée en récitant des textes évoquant ce grand artiste.

Le samedi 25 avril il y avait beaucoup d’émotions, au cours du concert de Stellia Koumba Koumba. Cette jeune chanteuse à la voix exceptionnelle a interprété Edith Piaf telle une diva. Le pianiste castelfondais Gabriel Sarrou Vergnac l’accompagnait. Une soirée magnifique. En un instant le public est transporté, captivé par cette voix puissante.
Fidèle à la politique de diversité des spectacles que l’association propose, c’est un concert de jazz, gospel qui est donnée le 10 octobre.
Une première à Dondas ! C’est le groupe Moody Blue, chorale amateur toulousaine créée en 1997 qui vient faire vibrer la salle des fêtes du village avec des chants aux rythmes entraînants et plein d’émotions hérités des anciens esclaves du sud des Etats-Unis. Le negro-spiritual, né au XVIIIe siècle dans les champs de coton a fortement influencé la plupart des musiques que l’on écoute et aime aujourd’hui encore. Le public s’est laissé entraîner sous le signe du rythme, de la bonne humeur et de l’échange. En effet, chanter et faire participer le public, c’est ainsi que ces passionnées aiment à partager les émotions.
Comme toujours avec l’association culturelle, les spectacles se suivent sans se ressembler. Le 14 novembre, un changement radical de décor et d’atmosphère est proposé, le dernier spectacle musical et théâtral de Catherine Delourtet. Dans «C’est si bon quand c’est défendu», la comédienne et chanteuse, accompagnée au piano par Florian Digne, interprète le répertoire de Marie Dubas, l’une des plus grandes fantaisistes du music-hall d’avant-guerre.Des chansons extravagantes, drôles mais également tendres que Catherine Delourtet reprend aussi bien sous les traits d’une aristocrate que sous ceux d’une femme de petite vertu.
c.delourtet

Commentaires fermés.